Accueil / Tests DVD / Blu-ray / Ami-Ami – Test Blu-ray
Ami-Ami - Test Blu-ray

Ami-Ami – Test Blu-ray

Ami-Ami (Victor Saint Macary, 2018)AMI-AMI
Réalisation : Victor Saint Macary
Scénario & dialogue
: Victor Saint Macary, Thomas Cailley, Audrey Diwan, Benjamin Charbit
Avec : William Lebghil, Margot Bancilhon, Jonathan Cohen, Camille Razat, Béatrice de Staël, Hubert Saint Macary, Christophe Odent, Marie-Christine Orry, Nicolas Wanczycki, Manu Payet…
Musique : Victor Le Masne
Sortie en France : 17 janvier 2018
Bande-annonce / Page officielle / Dossier de presse
Synopsis : Sortant d’une rupture difficile, Vincent ne croit plus en l’amour et décide de prendre une colocation avec son meilleur ami. Sauf que son meilleur ami est une fille, Nefeli, avocate fêtarde et déjantée. Les deux amis se jurent solennellement de ne plus jamais tomber amoureux. Ils s’entendent comme larrons en foire, jusqu’à ce que Vincent rencontre la jolie Julie. Il entame alors une drôle de double vie.

Notre avis : Comédie fraiche, légère et dans l’air du temps, Ami-Ami est une véritable bonne surprise, servie par des dialogues savoureux et une réelle complicité entre les quatre acteurs, à la sincérité évidente. On ne saurait que vous conseiller de découvrir ce film.

trait-divider-3px

LE BLU-RAY
Ami-Ami (Victor Saint Macary, 2018) - Blu-rayÉditeur : Le Pacte Sortie : 23 mai 2018 Durée du film : 1h26

Saluons l’initiative de l’éditeur vidéo qui a choisi de ne pas reprendre l’affiche originale pour la jaquette du Blu-ray. À notre sens, cette dernière donnait une (mauvaise) impression de vulgarité, desservant le film et dissuadant certainement une partie du public à découvrir Ami-Ami au cinéma.

IMAGE
Les images de ce Blu-ray sont quasiment impeccables. La définition est très soignée dans l’ensemble et les contrastes assez saisissants, de la clarté éclatante des scènes de bureau aux couleurs plus chaleureuses des scènes de nuit, nous plongeant au cœur de l’intimité des personnages, tant dans l’appartement de Vincent et Nefeli que dans les ambiances de discothèque.

Blu-ray Ami-Ami - Menu principal

SON
Le son est correct dans l’ensemble, essentiellement frontal, même si le film ne se prête pas à de grandes envolées lyriques, ni à des effets sonores de grande envergure. On soulignera néanmoins un bel équilibre entre les dialogues et la musique. On note très peu de différences entre la version 5.1 et la version stéréo : on préférera toutefois la première qui propose plus de finesse. Une version en audio-description et des sous-titres pour sourds et malentendants sont également proposés.

Blu-ray Ami-Ami - Menu Audio

SUPPLÉMENTS
Une légère déception concernant les suppléments, qui renferment finalement assez peu de matière. Le réalisateur Vincent Saint Macary et les deux acteurs principaux, William Lebghil et Margot Bancilhon, nous livrent un commentaire audio vivant, sympathique et assez divertissant, restant totalement dans l’esprit léger du film, avec une franche camaraderie communicative. On n’apprend pas énormément de choses sur le film, mais cela nous laisse un agréable souvenir.

Blu-ray Ami-Ami - Menu Bonus

Trois scènes coupées sont également au programme. Malheureusement, elles sont livrées telles quelles, sans introduction du réalisateur. Elles auraient mérité quelques éclaircissements, notamment les raisons de leur sacrifice sur le banc de montage.

Jonathan Cohen dans Ami-Ami (Victor Saint Macary, 2018)
William Lebghil et Margot Bancilhon dans Ami-Ami (Victor Saint Macary, 2018)

En guise de « making-of », nous retrouvons celui de la cascade de la scène de ménage entre les deux héros, William Lebghil et Margot Bancilhon, avec chute de frigo à la clé sur l’acteur principal. Visuellement intéressant, mais toujours sans aucune explication du réalisateur. Il en fait néanmoins part dans le commentaire audio.

William Lebghil et Camille Razat dans Ami-Ami (Victor Saint Macary, 2018)
William Lebghil et Camille Razat dans Ami-Ami (Victor Saint Macary, 2018)

Et pour finir, la bande-annonce du film.

LE SAVIEZ-VOUS ?
La « bromance », qu’est-ce que c’est ? « Bromance » est un mot-valise anglais composé de l’abréviation de « brother » (bro) – frère – et de « romance ». Cela dépeint une amitié forte entre deux hommes, avec une intimité très prégnante, le tout sans aucune composante sexuelle. Le réalisateur tenait à mettre en scène ici une bromance fille/garçon, inspirée de son expérience personnelle : « on [voit] surtout au cinéma des “bromances” garçon/garçon ou fille/fille, mais pas de “bromances” non unisexe. Pourtant ce n’est pas si rare dans la vie, surtout à notre époque. J’ai l’impression que dans la jeune génération, les bandes de garçons et de filles se mélangent plus facilement ».
Le générique du film est signé du célèbre auteur de bande dessinée, Winshluss, alias Vincent Paronnaud qui avait co-réalisé avec sa comparse Marjanne Satrapi Persepolis et Poulet aux prunes. Fan de BD et de Winshluss en particulier, Victor Saint Macary souhaitait dans un premier temps confier l’animation du générique à des étudiants de l’école des Gobelins. Poussé par son producteur, il le contacte finalement : « À ma grande surprise, il a accepté tout de suite. Il a un univers assez sombre et trash, et il était content de faire quelque chose de bon enfant, très visuel, gaguesque ».

Victor Saint Macary sur le tournage de Ami-Ami Victor Saint Macary signe ici son premier long métrage. Avant de passer derrière la caméra, il travaille pendant sept ans au sein du développement chez Gaumont. Il assure le suivi d’écriture de films comme À bout portant et Mea Culpa de Fred Cavayé, La Ligne droite et Le Temps des aveux de Régis Wargnier ou encore Belle et Sébastien de Nicolas Vannier. Il participe ainsi à la sélection de projets tels que Intouchables et Samba d’Éric Toledano et Olivier Nakache, Les Kaïra et Pattaya de Franck Gastambide, Du vent dans mes mollets de Karine Tardieu, Camille redouble de Noémie Lvovsky et Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne. Il est également co-scénariste du film Le Brio d’Yvan Attal. Sa femme le convainc de mettre en scène lui-même le scénario du court-métrage qu’il avait écrit, Beau-papa.
Victor Saint Macary s’est entouré de quelques membres de sa famille dans son film. Le père du personnage de Vincent n’est autre que son propre père, l’acteur Hubert Saint-Macary. On retrouve également son beau-père, qui interprète celui de Vincent, et la compagne de son père dans un petit rôle de femme-flic.
Dans la famille Saint Macary, on aime aussi énormément Xavier Saint-Macary, frère d’Hubert et oncle de Victor, comédien disparu prématurément et qui avait notamment illuminé de son talent et de sa superbe moustache quelques comédies cultes du cinéma français : Le Plein de super (Alain Cavalier, 1976) qu’il a coécrit, L’Animal (Claude Zidi, 1977), Pourquoi pas ! (Coline Serreau, 1977), Le Cavaleur (Philippe de Broca, 1979), Les Hommes préfèrent les grosses (Jean-Marie Poiré, 1981), Ma femme s’appelle reviens (Patrice Leconte, 1982), Signes extérieurs de richesse (Jacques Monnet, 1983).

par Florine Teyssier

Lire aussi...

Il vigile (L’Agent, 1960) de Luigi Zampa - Test DVD

Il Vigile (L’Agent) – Test DVD

Test DVD de Il Vigile (L'Agent, 1960), une comédie réalisée par Luigi Zampa avec Alberto Sordi, Vittorio De Sica, Marisa Merlini, Mara Berni, Sylva Koscina.