Accueil / Tests DVD / Blu-ray / La Femme de mon pote – Test Blu-ray
La Femme de mon pote (Bertrand Blier, 1983) - Test Blu-ray

La Femme de mon pote – Test Blu-ray

La Femme de mon pote (Bertrand Blier, 1983)LA FEMME DE MON POTE
Réalisation : Bertrand Blier
Scénario & dialogue
: Bertrand Blier, Gérard Brach
Avec : Coluche, Isabelle Huppert, Thierry Lhermitte, François Perrot, Daniel Colas, Frédérique Michot, Farid Chopel…
Musique : J.J. Cale
Sortie en France : 31 août 1983
Synopsis : Pascal et Micky sont saisonniers à Courchevel. Pascal, beau garçon, n’a aucun mal avec les filles. Il présente Viviane, sa nouvelle conquête, à Micky. Viviane tente alors de séduire Micky qui, résistant au début, finit par céder à ses avances.trait-divider-3px

La Femme de mon pote (Bertrand Blier, 1983) - Blu-rayLE BLU-RAY
Éditeur : Pathé Sortie : 22 novembre 2017 Durée du film : 1h40

Également disponible en coffret Blu-ray regroupant Tchao Pantin, Inspecteur la Bavure, Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ, Banzaï et La Femme de mon pote.

IMAGE
Cette édition HD issue d’un master 2K ne déçoit pas. Dès la première séquence, la luminosité et le piqué affûté s’impriment sur la rétine. La colorimétrie froide est magnifiquement restituée (notamment la blancheur étincelante de la neige) tout comme les ambiances plus feutrées et ambrées des scènes de chalet, les noirs sont denses (peut-être un peu bouchés c’est vrai) et les détails tranchants, tout en respectant le grain argentique. Le cadre large est intelligemment exploité, le relief omniprésent, les contrastes acérés et les arrière-plans sont aussi nets que les plans rapprochés, même si divers plans paraissent plus troubles. Les séquences sombres apparaissent aussi précises que les scènes diurnes.

SON
Le mixage DTS-HD Master Audio Mono instaure un très bon confort acoustique. Les dialogues sont ici délivrés avec ardeur et clarté, la propreté est de mise, les effets riches et les silences denses, sans aucun souffle. L’éditeur joint également les sous-titres anglais, mais également français destinés au public sourd et malentendant, ainsi qu’une piste Audiovision.

Coluche, Thierry Lhermitte et Isabelle Huppert dans La Femme de mon pote (Bertrand Blier, 1983)
Isabelle Huppert, Coluche et Thierry Lhermitte dans La Femme de mon pote (Bertrand Blier, 1983)

SUPPLÉMENTS
[identiques pour les éditions individuelles de Inspecteur la Bavure, Banzaï et La Femme de mon pote]

En guise de supplément, le documentaire Coluche fait son cinéma (1h04) réalisé par Jérôme Wybon. Le nom de Coluche sera éternellement associé à son rôle d’amuseur public numéro 1, à la création des Restos du cœur ou à sa surprenante campagne présidentielle. Mais il fut aussi un acteur reconnu. Sa performance dans Tchao Pantin est loin de résumer sa carrière cinématographique. Des proches et des comédiens qui l’ont côtoyé témoignent, comme les réalisateurs Claude Zidi, Patrice Leconte, Christian Dureau (auteur du livre Coluche fait son cinéma, Éditions Carpentier), Yves Castano (caméraman sur Le Pistonné), Pierre Grunstein (producteur), Hervé de Luze (monteur), Yves Agostini (caméraman sur La Femme de mon pote), les comédiens Thierry Lhermitte, Martin Lamotte, Louis de Funès, qui encense son partenaire au moment de la sortie de L’Aile ou la cuisse, ainsi que Pierre Étaix, qui revient sur le projet qu’il avait avec Coluche. Véritable mine d’or pour les fans du comédien, ce film retrace le parcours cinématographique de Coluche, de sa première apparition au cinéma dans Le Pistonné (Claude Berri, 1970), en passant par son premier rôle principal dans Les Vécés étaient fermés de l’intérieur (Patrice Leconte, 1976), son premier grand succès dans L’Aile ou la cuisse (Claude Zidi, 1976), son unique mise en scène avec Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine (1977), avant de devenir une vraie star du cinéma qui enchaîne les succès au box-office dès 1980 avec Inspecteur la Bavure (1980) et Banzaï (1983) de Claude Zidi, ou Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ de Jean Yanne (1982).

Thierry Lhermitte dans le documentaire Coluche fait son cinéma

Coluche fait son cinéma aborde également le premier virage (et rendez-vous manqué) du comédien avec La Femme de mon pote de Bertrand Blier (1983), avant l’énorme succès, la reconnaissance de la critique et de la profession pour Tchao Pantin (Claude Berri, 1983), qui lui vaudra le César du meilleur acteur. Puis viendront quelques revers avec Le Bon roi Dagobert (1984) et Le Fou de guerre (1985) de Dino Risi, sans oublier la déception de La Vengeance du serpent à plumes (Gérard Oury, 1984). Ce documentaire se compose donc d’interviews (qui dressent à la fois le portrait de l’homme et de l’artiste), de nombreuses anecdotes de tournage, mais aussi d’images le plus souvent inédites (l’essai manqué de Coluche pour le rôle d’Ugolin dans Jean de Florette) ou rares, de propos de Coluche lui-même, et de photos personnelles.

le documentaire Coluche fait son cinéma
Coluche dans le documentaire Coluche fait son cinéma

À ce documentaire, s’ajoute un autre module intitulé Michel Colucci, dit Coluche (27’), composé d’images filmées à l’exposition consacrée au comédien qui s’était tenue à l’Hôtel de ville de Paris en janvier 2017, ainsi que d’entretiens avec trois de ses amis intimes, le pilote automobile René Metge (également beau-frère de Coluche), Ludovic Paris (maquilleur et coiffeur de cinéma) et Jean-Claude Dupieux (garagiste). Ces trois intervenants racontent « l’histoire d’un mec » avec lequel ils ont fait les 400 coups et partaient de longues heures sur la route ou tout simplement à l’autre bout du monde. La passion du comédien pour la moto est évidemment abordée, tout comme le drame survenu le 24 juin 1986, qui a emporté Coluche à l’âge de 41 ans.

Isabelle Huppert dans le documentaire Coluche fait son cinema
Claude Berri et Coluche sur le tournage du Pistonné dans le documentaire Coluche fait son cinéma

LE SAVIEZ-VOUS ?
•  A l’origine, le film avait été écrit par Bertrand Blier pour Coluche, Miou-Miou et Patrick Dewaere, avant que le suicide de ce dernier en juillet 1982 remette finalement le film en question.
La Femme de mon pote est considéré comme un « rendez-vous manqué » de la part du réalisateur, qui ne s’est pas entendu avec Coluche sur le tournage, et de ce dernier, peu habitué à être « dirigé ».
• Près de dix ans après Les Valseuses, où elle faisait l’une de ses premières apparitions à l’écran, Isabelle Huppert retrouve Bertrand Blier, cette fois en tête d’affiche.
•  Même s’il est considéré comme un Blier mineur, La Femme de mon pote a néanmoins attiré près d’1,5 million de spectateurs et demeure à ce jour le quatrième plus grand succès du réalisateur.
• C’est le troisième film qu’Alain Sarde a produit (ici avec Claude Berri) pour Bertrand Blier après Buffet froid et Beau-Père.

par Franck Brissard

Lire aussi...

Test Blu-ray de la trilogie Fantômas

Trilogie Fantômas – Test Blu-ray

Test Blu-ray de la trilogie Fantômas, comédies réalisées par André Hunebelle en 1964, 1965 et 1967, avec Louis de Funès, Jean Marais et Mylène Demongeot.