Accueil / Tests DVD / Blu-ray / Trilogie Fantômas – Test Blu-ray
Test Blu-ray de la trilogie Fantômas

Trilogie Fantômas – Test Blu-ray

Fantômas (André Hunebelle, 1964)FANTÔMAS
Réalisation : André Hunebelle
Scénario : Jean Halain, Pierre Foucaud
d’après les romans de Marcel Allain et Pierre Souvestre
Avec : Jean Marais, Louis de Funès, Mylène Demongeot, Jacques Dynam, Robert Dalban…
Musique : Michel Magne
Sortie en France : 4 novembre 1964
Synopsis : Un mystérieux personnage commet vols et crimes sous le nom de Fantômas. Le journaliste Fandor saisit cette occasion pour écrire un article à sensation, prétendant avoir rencontré le « monstre ». Accompagné du commissaire Juve, il découvre que pour réaliser ses méfaits, Fantômas utilise de multiples masques qui lui permettent de revêtir n’importe quelle identité.

Fantômas se déchaîne (André Hunebelle, 1965)FANTÔMAS SE DÉCHAÎNE
Réalisation : André Hunebelle
Scénario : Jean Halain, Pierre Foucaud
d’après les romans de Marcel Allain et Pierre Souvestre
Avec : Jean Marais, Louis de Funès, Mylène Demongeot, Jacques Dynam, Robert Dalban…
Musique : Michel Magne
Sortie en France : 8 décembre 1965
Synopsis : Le commissaire Juve est décoré pour avoir triomphé du monstre maléfique. Mais au même moment, Fantômas enlève le professeur Lefèvre au cours de son voyage à Rome. Juve met en place son dispositif de surveillance et les aventures recommencent avec ses poursuites infernales, quiproquos et enlèvements.

Fantômas contre Scotland Yard (André Hunebelle, 1967)FANTÔMAS CONTRE SCOTLAND YARD
Réalisation : André Hunebelle
Scénario : Jean Halain, Pierre Foucaud
d’après les romans de Marcel Allain et Pierre Souvestre
Avec : Jean Marais, Louis de Funès, Mylène Demongeot, Jacques Dynam, Françoise Christophe, Jean-Roger Caussimon…
Musique : Michel Magne
Sortie en France : 29 mars 1967
Synopsis : Fantômas revient avec une nouvelle idée : imposer aux riches (nobles et gangsters) un impôt sur le droit de vivre. Débarqués en Écosse, l’inspecteur Juve, Fandor et sa fiancée ont pour mission d’attraper Fantômas. Dans un château hanté par les esprits, Juve, censé protéger les propriétaires, est lui-même victime de l’humour macabre de Fantômas. Quand Fantômas passe, quelqu’un trépasse.

trait-divider-3px

LES BLU-RAY
Éditeur : Gaumont

FANTÔMAS SE DÉCHAÎNE
Sortie : 29 mars 2017 Durée film : 1h39

FANTÔMAS
Sortie : 22 juin 2016 Durée du film : 1h44

FANTÔMAS CONTRE SCOTLAND YARD
Sortie
: 29 mars 2017 Durée du film : 1h41

Fantômas (André Hunebelle, 1964) - Blu-rayIMAGE
La trilogie Fantômas avait déjà bénéficié d’une édition HD en 2010. Cependant, ces Blu-ray s’appuient sur de nouveaux masters restaurés à 2K par Gaumont.

Ces nouvelles copies (1080p, AVC) tiennent vraiment toutes leurs promesses ! Les décors possèdent un nouveau relief, la texture est flatteuse et les teintes pimpantes. Malgré des génériques quelque peu tremblants et au grain hasardeux, surtout en ce qui concerne Fantômas contre Scotland Yard, tout s’arrange immédiatement après. La profondeur de champ est fort appréciable, notamment lors de la course-poursuite finale pour le premier volet, le cadre large délivre de nombreux et nouveaux détails. L’encodage AVC consolide l’ensemble avec brio. Dans le dernier acte du premier film, la clarté est constante, les contrastes solides, la propreté exceptionnelle. Honnêtement, nous n’avions jamais vu Fantômas comme cela. Bien que plus ancien, le premier opus s’en tire mieux que les deux suivants. Au jeu des comparaisons, Fantômas contre Scotland Yard est le moins bien loti avec des teints parfois blafards, des champs-contrechamps aléatoires et des contrastes parfois peu reluisants. Seules les séquences à effets spéciaux de Fantômas se déchaîne entraînent une baisse de la définition, autrement dit tout ce qui concerne la scène de la DS volante et de la chute libre avec des transparences encore plus visibles qu’avant du fait de l’image maintenant nettoyée.

Fantômas se déchaîne (André Hunebelle, 1965) - Blu-raySON
Les mixages DTS-HD Master Audio Mono instaurent un véritable confort acoustique. Les dialogues sont ici délivrés avec ardeur et clarté, la propreté est de mise, les effets riches et les silences denses, sans aucun souffle. La superbe composition de Michel Magne jouit également d’un superbe écrin phonique.  L’éditeur joint également les sous-titres anglais et français destinés au public sourd et malentendant.

Fantômas contre Scotland Yard (André Hunebelle, 1967) - Blu-ray

SUPPLÉMENTS
Au menu de l’édition HD de Fantômas, Gaumont nous restitue le documentaire rétrospectif intitulé Fantômas 70 (52’), disponible sur l’ancien DVD édité depuis 2001, mais qui avait purement et simplement disparu sur le Blu-ray édité en 2010 ! A travers ce module, nous retrouvons les propos de Juan Luis Buñuel (coréalisateur en 1979 avec Claude Chabrol d’une mini-série Fantômas), Jan Kounen (pressenti pour réaliser une nouvelle version de Fantômas, qui n’aura jamais vu le jour), Michel Wyn (réalisateur seconde équipe sur Fantômas contre Scotland Yard), Mylène Demongeot (Hélène dans la trilogie), Paul Cadéac (producteur de la trilogie), Dominique Zardi (homme de main de Fantômas), Jacques Dynam (Inspecteur Bertrand), Max Douy (chef décorateur), Claude Carliez (régleur des bagarres), Rémy Julienne (cascadeur moto sur le premier film), et même André Hunebelle via quelques images d’archives, qui s’exprime face caméra et que l’on voit à l’œuvre avec ses comédiens sur le plateau durant le tournage du troisième épisode. C’est aussi l’occasion de voir Jean Marais, Mylène Demongeot et Louis de Funès évoquer l’histoire de Fantômas contre Scotland Yard. La genèse, le casting (Bourvil qui devait jouer Juve, Sean Connery appelé pour jouer Fantômas), les anecdotes de production liées aux trois volets, les premières adaptations, l’amertume de Jean Marais de voir sa participation reléguée au rang de super cascadeur au profit des scènes comiques de Louis de Funès, la création des décors, le réglage des scènes d’action et des bagarres, tout y est abordé et comblera les attentes des plus grands fans du film.

C’est en revanche nettement moins bon pour Fantômas se déchaîne, qui doit se contenter d’un court extrait du film proposé en version française, mais également anglaise et espagnole. Deux très courtes galeries de photos, une en couleur, l’autre en N&B (avec quelques photos du tournage), sont également disponibles.

Louis de Funès dans Fantômas se déchaîne (André Hunebelle, 1965)
Jean Marais, Louis de Funès et Mylène Demongeot Fantômas contre Scotland Yard (André Hunebelle, 1967) - © Gaumont
La célèbre DS volante de Fantômas se déchaîne (André Hunebelle, 1965) - © Gaumont

Fantômas contre Scotland Yard reprend le documentaire passionnant consacré au compositeur Michel Magne, intitulé Le Fantôme d’Hérouville (26’). Réalisé en 2001 et composé d’entretiens avec Marie-Claude Magne (veuve de Michel Magne), Stéphane Lerouge (concepteur de la collection discographique de bandes originales de films « Écoutez le cinéma ! » chez Universal), Raymond Alessandrini (compositeur) et de Nicolas Errèra du groupe Grand Popo Football Club, ce module revient non seulement sur le travail de Michel Magne pour le cinéma (avec Abel Gance, Costa-Gavras), mais plus spécifiquement sur la trilogie Fantômas. On y apprend que les partitions originales, comme tout le travail du compositeur cumulé depuis 20 ans, ont brûlé dans l’incendie qui en 1969 a ravagé une partie du château d’Hérouville, situé dans le Val-d’Oise, que Michel Magne avait racheté pour en faire un studio d’enregistrement, qui allait devenir également un des refuges de musiciens et chanteurs internationaux et français entre 1969 et 1985, à l’instar de David Bowie, Elton John, les Pink Floyd. Dans la deuxième partie de ce documentaire, l’accent est mis sur la nouvelle création puis la réorchestration de la musique de Fantômas, qui n’existait pas en vinyle et encore moins en CD.

Une galerie de photos est également jointe.

Les bandes-annonces originales (composées de plans ou de prises alternatifs) sont aussi incluses.

Jean Marais et Louis de Funès dans Fantômas (André Hunebelle, 1964) - © Gaumont
Jean Marais dans Fantômas (André Hunebelle, 1964) - © Gaumont
Jean Marais et Mylène Demongeot dans Fantômas se déchaîne (André Hunebelle, 1965) - © Gaumont

LE SAVIEZ-VOUS ?
• A l’origine, Fantômas est un personnage de fiction créé en 1910 par Marcel Allain et Pierre Souvestre. Ce personnage énigmatique, le visage dissimulé sous une cagoule noire, est l’ennemi public n°1 dans une trentaine de romans signés par les deux auteurs entre 1911 et 1913.

• Année de sortie du premier Fantômas, 1964 est l’année centrale de la carrière de Louis de Funès. Malgré une centaine de longs métrages à son actif, le comédien demeurait au second voire au troisième plan. Il venait d’enchaîner les tournages de Faites sauter la banque !, Des pissenlits par la racine, Un drôle de caïd, Le Gendarme de Saint-Tropez et celui de Fantômas. Ces cinq films cumuleront au total 17 millions de spectateurs, dont rien que la moitié pour le premier Gendarme !

•  Bien qu’interprété par Jean Marais lui-même, le personnage de Fantômas s’exprime avec la voix inquiétante, grinçante et mélodieuse du comédien Raymond Pellegrin

• Très inspiré par James Bond, André Hunebelle n’avait pas hésité à contacter Sean Connery pour jouer Fantômas.

• Le premier épisode a réuni pas moins de 60 millions de spectateurs en URSS !
• Alors qu’il parvient à s’enfuir en sous-marin dans le premier volet, puis en voiture volante dans le second, Fantômas s’échappe à nouveau mais simplement à vélo (et avec beaucoup de ruse) à la fin de Fantômas contre Scotland Yard.
Fantômas se déchaîne marque la première apparition d’Olivier de Funès au cinéma aux côtés de son père. Il sera également présent dans Le Grand restaurant, Les Grandes vacances, Hibernatus, L’Homme orchestre et Sur un arbre perché.
• Dans Fantômas contre Scotland Yard, le château écossais de Lors MacRashley est en réalité le Château de Roquetaillade qui se situe en Gironde.

 

par Franck Brissard

Lire aussi...

Test DVD - Tendre voyou (Jean Becker, 1966)

Tendre voyou – Test DVD

Test DVD de Tendre voyou, comédie réalisée par Jean Becker en 1966, avec Jean-Paul Belmondo, Nadja Tiller, Jean-Pierre Marielle.