Accueil / News / Événements / Hommage à Roger Carel
Artiste exemplaire ayant mené une carrière placée sous le signe de la Comédie, Roger Carel nous a quittés le 11 septembre 2020 à l’âge de 93 ans.

Hommage à Roger Carel

Artiste exemplaire, Roger Carel nous a quittés le 11 septembre 2020 à l’âge de 93 ans, après avoir mené une grande carrière principalement placée sous le signe de la Comédie.

Hubert Deschamps et Roger Carel au cabaret La Fontaine des 4 saisons dans les années 1950 - © Page Facebook Roger Carel

Né le 14 août 1927 à Paris, Roger Carel imagine d’abord devenir prêtre, puis se ravise, au profit d’une envie restée longtemps secrète : « faire du théâtre. » Il passe une audition auprès de Jean Marchat (une relation de sa tante et acteur de renom, dirigeant en outre la scène des Mathurins), s’inscrit à plusieurs cours (Bauer-Thérond, Simon) et monte sur les planches dès la fin des années 1940 pour intégrer la distribution de pièces prestigieuses (La Dame aux camélias, Les Gaîtés de l’escadron, Cymbeline…). Dans la foulée, le septième art ne tarde pas à lui faire également les yeux doux. Ainsi, en 1955, il côtoie le nom d’une des plus importantes vedettes de l’époque, Robert Lamoureux, au générique du film Rencontre à Paris signé Georges Lampin. S’en suivent des productions aux qualités certes contrastées mais dont le résultat s’avère à chaque fois globalement sympathique, portées par la générosité de sacrés talents : Darry Cowl (Le Triporteur de Jack Pinoteau, 1957), Francis Blanche, Jacqueline Maillan (Les Bricoleurs de Jean Girault, 1963), Bourvil (La Grosse caisse d’Alex Joffé, 1965) ou encore Fernand Raynaud (Salut Berthe ! de Guy Lefranc, 1968) : « Certains films, expliquait Carel, procurent à leurs acteurs de grandes sensations artistiques. D’autres, plus modestement, leur fournissent le plaisir de tourner en bonne compagnie. »

Jean Bellanger, Jacques Dufilho et Roger Carel dans Le Petit prof (Carlo Rim, 1959)

Dans les années 1960, il démarre une carrière dans le doublage qui l’amène à incarner des personnages mythiques ayant bercé maintes générations : Astérix, Kaa (le serpent du Livre de la jungle), Winnie l’ourson, Mickey Mouse, C-3PO, Benny Hill, Alf… tout en s’immisçant dans la peau d’illustres comédiens (Peter Sellers, Charlie Chaplin, Jerry Lewis). En 1969, il dépanne même Eli Wallach lors de la post-synchronisation du film Le Cerveau de Gérard Oury, l’acteur d’origine américaine ne parvenant pas toujours à rejouer en français chacune de ses répliques.

Au fil des contrats, ses rôles gagnent peu à peu en consistance, tout d’abord grâce à Yves Robert, qui lui confie le personnage du curé dans sa très belle adaptation de Clérambard coécrite avec Jean-Loup Dabadie d’après Marcel Aymé, suivi par Michel Audiard (Une Veuve en or en 1969, Elle cause plus… elle flingue en 1972), Claude Zidi (Le Grand bazar, 1973), Pierre Tchernia (Le Viager en 1971, Les Gaspards en 1973, La Gueule de l’autre en 1979, dans lesquels il fait continuellement face à son infaillible compère Michel Serrault), sans oublier Gérard Oury (Le Coup du parapluie en 1980, où il côtoie Pierre Richard au cours d’une séquence mythique) et Jean-Marie Poiré (Papy fait de la résistance, 1983).

André Gaillard, Gérard Hernandez, Pierre Tornade et Roger Carel sur le tournage des Gauloises blondes (Jean Jabely, 1987) - © Page Facebook Roger Carel Une incroyable envolée qui, malheureusement, ne dure guère, la faute à une accumulation conjointe de mauvais choix, entre nanars poussifs (La Grande récré de Claude Pierson en 1975, Le Retour des bidasses en folie de Michel Vocoret en 1982, L’Emir préfère les blondes d’Alain Payet en 1983…) et comédies bassement érotiques (Ah ! Si mon moine voulait… de Claude Pierson en 1973, Q de Jean-François Davy en 1974, Les Gauloises blondes de Jean Jabely en 1987, Le Diable rose de Pierre B. Reinhard en 1987). CULtissime pour certains. Et Roger Carel lui-même semblait assumer : « Ce qui doit être très ennuyeux, c’est d’être obligé de faire une chose qui ne vous plaît pas, et c’est pareil dans tous les métiers. J’ai eu le bonheur de toujours enchaîner des choses qui me plaisaient. Quand on m’a proposé des films ou des séries qui ne me convenaient pas, j’ai toujours été honnête et je les ai refusés. » (actuabd.com)

Annie Girardot, Roger Carel et Philippe Noiret dans On a volé la cuisse de Jupiter (Philippe de Broca, 1980) - © TF1 D.A.

Il n’empêche, parmi ses ultimes – et remarquables – prestations, on préfère retenir cette incursion dans l’œuvre de Philippe de Broca, entamée en 1980 (On a volé la cuisse de Jupiter), et qui s’achève près de dix ans plus tard, au travers d’une relecture extrêmement libre du célèbre conte Les Mille et une nuits. En compagnie de Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Catherine Zeta-Jones et Vittorio Gassman, Roger Carel y interprète avec un bonheur communicatif le redoutable grand Vizir.

Thierry Lermitte et Roger Carel sur le tournage des 1001 nuits (Philippe de Broca, 1990) - © Page Facebook Roger Carel

Dans ses mémoires, Roger Carel écrivait : « Jamais, dans ce métier, je ne me suis ennuyé. J’espère vous l’avoir prouvé. Je souhaite le même bonheur à tous les comédiens des nouvelles générations. J’avoue que j’ai bien ri. » Nous aussi !

 J’avoue que j’ai bien ri de Roger Carel, avec la complicité d’Henri Marc (éditions Jean-Claude Lattès, 1986)par Gilles Botineau

Pour en savoir plus :
J’avoue que j’ai bien ri
de Roger Carel
avec la complicité d’Henri Marc
Éditions Jean-Claude Lattès
1986

Lire aussi...

23ème Festival International du Film de Comédie de l'Alpe d'Huez

23e Festival International du Film de Comédie de l’Alpe d’Huez

Présidé par José Garcia, le 23e Festival International du Film de Comédie de l'Alpe d'Huez se déroule du 14 au 19 janvier 2020.