Accueil / News / Musique / Derek Smalls : Spinal Tap, Viagra et poneys nains
Derek Smalls : Spinal Tap, Viagra et poneys nains

Derek Smalls : Spinal Tap, Viagra et poneys nains

En 1984, Spinal Tap, le faux rockumentaire de Rob Reiner, retrace l’épopée délirante du groupe imaginaire constitué de Nigel Tufnel (Christopher Guest), David St-Hubbins (Michael McKean) et Derek Smalls (Harry Shearer, également voix incontournable des Simpsons). Pour CineComedies, le légendaire bassiste moustachu Derek Smalls évoque Smalls Change, son premier album solo, et fait le point sur les plus célèbres heavy-rockeurs de la comédie américaine.

CineComedies : Ce premier album solo est une véritable surprise, presque dix ans après le dernier concert de Spinal Tap.  
Derek SmallsDerek Smalls : Spinal Tap a joué au Festival de Glastonbury et à la Wembley Arena de Londres en 2009. J’ai vraiment cru que ces concerts allaient servir de rampe de lancement à Spinal Tap 3.0 ou 3.1, ou 4.3, je ne sais plus, mais le téléphone a arrêté de sonner. Mon premier réflexe a été d’appeler la compagnie du téléphone pour m’assurer que ma ligne fonctionnait bien. Comme c’était le cas, j’en ai donc déduit que le groupe se séparait à nouveau, ce qui est presque une tradition chez Spinal Tap… Peu de temps après, on m’a proposé de venir m’installer à Amsterdam, où je me suis retrouvé juge de l’émission de télé-crochet RokStarz, avec un Z. Cette émission marchait très bien, on avait même réussi à battre la Star Academy hollandaise ! Au bout d’un an et demi, le responsable de l’émission est venu me voir en me disant : « Derek, nous allons prendre une autre direction. » Sur le coup, j’ai cru qu’il voulait m’emmener faire un tour quelque part, mais en réalité, il m’annonçait que l’émission allait désormais s’appeler Tomorrow’s Hip-Hop Heroz, avec un Z. Ils avaient donc le choix entre me garder ou garder le Z. Et ils ont gardé le Z… L’enregistrement de ces émissions avait lieu le soir. Pendant la journée, j’allais à la salle de musculation. Un jour, un ami m’a dit : « Derek, tu as l’air en pleine forme. Pourquoi ne viendrais-tu pas travailler dans mon club ? » Je lui ai demandé : « OK, mais où est le groupe ? » et il m’a répondu : « Non, non, ce n’est pas ce genre de club. » En fait, son club s’appelait PK Funkington, et c’était un club de danceurs/strip-teaseurs mâles. Après ça, j’ai émigré en Albanie, où j’ai monté un groupe de near-death metal, Chains of Vermin, qui a marché très fort. C’est à ce moment-là que j’ai vu à la télévision une publicité pour le British Fund of Ageing Rockers (La fondation britannique pour les rockeurs vieillissants, ndlr). Ils reversaient de l’argent à des types comme moi, et c’est grâce à cette fondation qu’est né cet album solo. Voilà, c’était la version courte de l’histoire…

Spinal Tap - Derek Smalls, Nigel Tufnel et David St-Hubbins

Smalls Change est un disque de métal très heavy, mais c’est aussi une profonde méditation sur l’âge comme l’indiquent certains titres comme « Rock’n’Roll Transplant », « Memo to Willie » (« Note pour ma bistouquette ») ou « Hell Toupee » (le toupet de l’enfer).
Absolument. Prenez « Memo to Willie ». Attention, je n’ai pas de problème de ce côté-là, mais dès qu’on allume la TV aux États-Unis, on est bombardés de publicités pour les médicaments où on voit un type avec sa copine en train de faire du canoë sur un lac, de se promener dans les bois ou en train de pédaler sur un vélo, et on se dit : « ils vont s’envoyer en l’air juste après. » Puis une voix inquiétante arrive. « Serez-vous prêts le moment venu ? ». Et ils vous montrent une boîte de Viagra. J’ai écrit cette chanson pour dire à tout le monde d’oublier les pilules. Une solide conversation avec votre service trois-pièces suffit. Parlons maintenant de « Hell Toupee ». Je ne fais pas partie d’un quelconque culte, mais je me méfie quand même du Diable, et je me suis posé la question de savoir si Satan faisait attention à son look. Il est déjà là depuis un certain temps, et, à l’instar d’un grand nombre d’hommes âgés, il s’inquiète peut-être de la perte de ses cheveux. Il est peut-être l’incarnation du mal, mais il reste un homme et il songe peut-être aux implants capillaires. Et comme je le dis dans la chanson, un Satan plus beau rendra l’enfer plus beau.

Vos compagnons de Spinal Tap, le guitariste Nigel Tufnel et le chanteur David St-Hubbins ont-ils entendu votre album ?
Spinal Tap - Derek Smalls, Nigel Tufnel et David St-HubbinsJ’ai eu un feedback de Nigel, et c’est toujours bien d’avoir du feedback quand on fait du rock’n’roll. Nigel m’a dit que j’avais fait du bon boulot. C’est un homme qui parle peu, voire pas du tout. Je sais qu’il élève désormais des poneys nains dans une ferme du Wiltshire. Vous savez, les guitaristes de rock sont des personnages extrêmes. Parfois, ils vont trop loin, un peu comme Icare qui vole trop près du soleil, et ils doivent ensuite redescendre sur terre pour mettre de la crème à bronzer sur leurs ailes. Nigel est allé très loin dans l’élevage de poneys nains. Il est allé si loin dans la miniaturisation des poneys qu’on ne peut plus trouver de jockeys assez petits pour grimper dessus… En revanche, je n’ai pas trop de nouvelles de David. De temps en temps, je reçois une carte postale que j’ouvre avec beaucoup d’excitation, mais à chaque fois, je découvre une carte écrite uniquement en pictogrammes chinois. Je vais être franc avec vous : je ne sais pas lire les pictogrammes chinois. Du coup, je ne sais pas si David m’écrit « remontons le groupe », « ton album est super » ou « je voudrais bien une tranche de canard ».

Derek Smalls Smalls Change (Twanky Records/BMG). Disponible.

Propos recueillis par Christophe Geudin